Conte de Noël

Avant les veillées de Noël

paroissenddelabaie-conte-noel

A l’approche de Noël, voici un conte pour nous rappeler le sens de cette fête et ce que le Christ attend de nous et nous a promis.

3 voix pour ce conte :

  • un adulte narrateur (à l’ambon)
  • un enfant qui dit les répliques de Jésus (assis sur un siège)
  • un enfant qui dit les répliques de l’enfant (debout devant l’autel)

Dans l’étable, tout était calme ; depuis son berceau, Jésus regarda dehors par la porte entrebâillée. Un jeune garçon se tenait là sur le seuil, tout intimidé.
Jésus lui dit :
– Approche. Pourquoi as-tu si peur ?
– Je n’ose pas… je n’ai rien à te donner,
– J’aimerais tant que tu me fasses un cadeau,
Le petit étranger rougit de honte.
– Je n’ai vraiment rien… rien ne m’appartient ; si j’avais quelque chose, je te l’offrirais… regarde.
Et en fouillant dans les poches de son pantalon rapiécé, il retira une vieille lame de couteau rouillée qu’il avait trouvée.
– C’est tout ce que j’ai, si tu la veux, je te la donne.
– Non, garde-la. C’est autre chose que je veux de toi. J’aimerais que tu me fasses trois cadeaux.
– Je veux bien, mais alors qu’est-ce que tu veux ?
– Offre-moi le dernier de tes dessins.
Le garçon, tout embarrassé, rougit. Pour empêcher Marie et Joseph de l’entendre, il chuchota dans l’oreille de l’enfant Jésus :
– Je ne peux pas… mon dessin est trop moche… personne ne veut le regarder !
– Justement, c’est pour cela que je le veux… Tu dois toujours m’offrir ce que les autres rejettent et ce qui ne leur plaît pas en toi.
Ensuite, je voudrais que tu me donnes ton assiette.
– Mais je l’ai cassée ce matin !
– C’est pour cela que je la veux… Donne-moi ce qui est brisé dans ta vie, je veux le recoller…
Et maintenant, répète-moi la réponse que tu as donnée à tes parents quand ils t’ont demandé comment tu avais cassé ton assiette…
Le visage du garçon s’assombrit, il baissa la tête honteusement et, tristement, il murmura :
– Je leur ai menti… J’ai dit que l’assiette m’avait glissé des mains ; mais ce n’était pas vrai… J’étais en colère et j’ai poussé furieusement mon assiette de la table, elle est tombée sur le carrelage et elle s’est brisée !
– C’est ce que je voulais t’entendre dire ! Donne-moi toujours ce qu’il y a de mauvais dans ta vie, tes mensonges, tes calomnies, tes lâchetés et tes cruautés. Je veux t’en décharger… Tu n’en as pas besoin… Je veux te rendre heureux et sache que je te pardonnerai toujours tes fautes.
Viens que je t’embrasse pour te remercier de tes 3 cadeaux. Maintenant que tu connais le chemin de mon Cœur, j’aimerais tant que tu viennes me voir tous les jours…
– Oui je te le promets,
– Mais au fait comment t’appelles-tu ?
– Pierre
– Alors, reste avec moi Pierre et tu vas assister à quelque chose de grand : de partout des gens sont en train de se lever,
Des enfants accompagnés d’un adulte se lèvent d’un peu partout dans l’assemblée et convergent vers la crèche avec les lanternes au bout d’un bâton pour s’éclairer…
ils vont cheminer jusqu’ici ; tu vas voir, Pierre, ce ne sont pas les plus riches, ni les plus forts, mais des gens simples et ils cherchent…
– Je sais, ils ont l’espoir d’une vie meilleure !!
– Tu as raison, Pierre, mais c’est plus que cela, ils cherchent l’espérance, et c’est pour cela que, quand ils ont vu l’étoile se lever, ils se sont mis en route ; tu vois, même ici à Trégueux, les enfants du Kté ont photographié leur maison avec la porte ouverte, en signe d’accueil. Eux aussi, ils attendent l’arrivée du Sauveur. Allez, viens avec moi, ne les faisons pas attendre.

Avec la chorale chantons, éveillez-vous et entrons dans la célébration.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*